1.3 Les pentes forestières du Piton Mont Conil

SITUATION CARACTÉRISTIQUES ENJEUX

Au plein nord de la Martinique, les reliefs très pentus de la Montagne Pelée, profondément chaotiques par l’addition de pitons et de profondes ravines, plongeant brutalement dans la mer, ont empêché la création de la traditionnelle route du littoral présente ailleurs. Le chemin qui relie l’anse Couleuvre à Grand-Rivière est devenu touristique, révélant les beautés sauvages de la côte, les milieux forestiers et les vestiges des implantations humaines.

Communes concernées par cette unité de paysage

Le Prêcheur
Grand’Rivière


Des pentes de volcan complexes, d’une grande richesse paysagère, faites de pitons et de profondes ravines boisés

Le Morne du Céron, dans l’axe de la route qui prend fin quelques centaines de mètres plus loin.

Des pentes puissantes, irrégulières, densément boisées, plongeant dans la mer en falaises

Une côte sauvage grâce à l’absence de route littorale et aux falaises

De hautes falaises qui tombent abruptement dans la mer… et des poussières d’îlots qui complexifient les rivages.

l’Anse Couleuvre, une des petites plages qui rythment la côte nord-ouest et qui contribuent à sa valeur.

Plage de l’Anse Lévrier.

Des milieux naturels préservés, constitués de forêts diversifiées, étagées de la forêt littorale à la forêt de montagne en passant par la forêt mésophile et hygrophile.

Un Samana (Samanea saman), espèce non indigène qui trahit l’ancienne occupation des lieux par les hommes. Beaucoup d’espèces végétales ont été importées pour des raisons alimentaires, dont on trouve trace aujourd’hui : arbres à pain, abricotiers, manguiers, cacaoyers, orangers amers, caféiers. Elles se mêlent aux essences forestières : fromagers, ficus (figuiers maudits), samans, savonnettes rivières, bois rivière, fougères arborescentes, … la forêt est aujourd’hui un site classé et une réserve biologique intégrale.

Un héritage culturel d’anciennes habitations

L’habitation d’Anse Couleuvre, lieu de plusieurs activités industrielles successives, depuis le XVIIe siècle et jusqu’à 1939 : sucre, rhum, café, cacao, huiles essentielles.

L’habitation d’Anse Couleuvre. Plan d’ensemble. Aujourd’hui propriété du Conservatoire du Littoral (789 ha).

Une qualité paysagère attractive

Baignade à la plage de l’Anse Céron.

+ -
« On va à Grand’Rivière, on n’y passe pas. Si on faisait la route, on ne ferait que passer à Grand’Rivière pour aller au Prêcheur ! »

(Joachim Bouquety, maire de Grand’Rivière – colloque Paysage organisé par la DIREN, 21 octobre 2010)
« Le Prêcheur est traversé par les visiteurs pour aller à Anse Céron ou Anse Couleuvre. Nous sommes transparents aux visiteurs. Ils ne savent même pas que l’on a un très bel arrière-pays »

(Marcelin Nadeau, maire du Prêcheur– colloque Paysage organisé par la DIREN, 21 octobre 2010)

Le patrimoine naturel et culturel : poursuite de la mise en valeur

Un exemple de mise en valeur culturelle : le site d’Anse Couleuvre

L’accueil du public côté Prêcheur

valorisation paysagère, réorganisation plus générale depuis l’Anse Céron (navettes, …) ?

Le parking à l’extrémité de la route à Anse Couleuvre, trop exigu : repenser l’accueil du public depuis l’Anse Céron (navettes …) ?

L’accueil du public côté Grand’Rivière

revalorisation paysagère du bord de mer

Le bord de mer à Grand’Rivière : après les aménagements portuaires récents, une valorisation paysagère nécessaire comme point de départ de la côte sauvage du nord-ouest.

Les vues sur la mer ou sur la montagne

depuis les chemins de randonnée : réouverture, gestion

Des vues très souvent masquées depuis le chemin d’Anse Couleuvre à Grand’Rivière

+ -
+ -
+ -