Quelques chiffres et données


Evolution de l’urbanisation, entrée Est de Fort-de-France, entre 1951 et 2004

En 1951, l’urbanisation s’arrête au quartier Sainte-Thérèse, sans aller au-delà de la rivière Monsieur.

En 1988, outre l’urbanisation du grand ensemble de Dillon, les zones d’activités investissent les bords de la RN1 : ZI de Dillon, ZI de la Jambette, ZA des Mangles.

En 2004, les zones d’ »activités continuent à s’allonger sur l’A1/RN1 : on aperçoit à droite la ZI de la Lézarde. Les extensions d’activités mangent la mangrove.

Cliquez pour avancer

Activités :

Energie :

Consommation d’énergie :

Consommation énergétique finale de la Martinique :

en 1985 : 287 KTEP (milliers de tonnes d’équivalent pétrole)
en 2005 : 489 KTEP
soit une multiplication par 1,7 en 20 ans

Consommation des produits pétroliers routiers : X 1,5 en 20 ans, représente 60% de la consommation totale énergétique.

Augmentation de la consommation annuelle d’électricité : trois fois plus forte qu’en métropole (1,5% par an).

Production d’énergie : :

97,5% de l’approvisionnement énergétique de la Martinique provient des importations de produits pétroliers.
97% de l’électricité consommée en 2005 est produite à partir de fuel ou de gasoil.

Energie renouvelable :

UIOM Usine d’incinération des ordures ménagères depuis 2002.
Puissance électrique produite : 4 MW

Solaire photovoltaïque :

8 sites en 1995
1 900 sites en 2005 : 2,6 MWe

Eolien :

1ferme de 4 éoliennes sur le Vauclin : 1,1 MWe ;
100sites à potentiels éoliens identifiés dans l’atlas éolien

Hydraulique :

seulement 1 turbine de 10 kW à la distillerie Depaz (autoconsommation).