L’achèvement de la hiérarchie urbaine


Anonyme, Vue de la rivière Saint Pierre 1760. Col. Breau du patrimoine.
81_ST-PIERRE-1760.jpg

Plan de la ville et rade de Saint Pierre, 1740.
ST_PIERRE_1740.jpg

Les premières décennies du siècle voient la création des derniers bourgs du littoral et la confirmation des deux pôles urbains : Saint-Pierre pour l’économie, Fort-de-France pour l’administration et la défense, tandis que la Trinité jouit d’une certaine importance économique. Même s’il n’y a aucun aménagement portuaire en maçonnerie, le paysage   urbain se transforme et les peintres s’y intéressent, nous permettant d’en juger aujourd’hui.

Après la guerre de Sept ans (1763) et avant la première occupation britannique (1794) l’infrastructure de la défense côtière est parachevée avec des forts dans les principaux ports (Saint-Pierre, Fort Royal, Le Marin, La Trinité), plus une forteresse au-dessus de Fort-Royal (Fort Desaix) et un fortin sur l’îlet à Ramiers, et de nombreuses batteries de côte. Une abondante iconographie - toute militaire – témoigne de ces aménagements.